Cet article date de plus de sept ans.

Créer un commerce équitable : ça s'apprend !

Toute l'histoire du commerce équitable part d'une envie : celle de vendre des produits artisanaux des pays du Sud provenant directement des producteurs locaux. Mais en leur assurant des revenus décents. Une aventure plutôt compliquée dans laquelle il convient de ne pas se lancer au hasard.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.

?Se lancer dans le commerce équitable, c'est se créer un emploi mais aussi envisager autrement son métier de commerçant. Pour garder les pieds sur terre et structurer son projet, une formation est indispensable. Il est aussi possible de se faire accompagner par différentes structures.  

En quête de professionnels : une formation indispensable

Aujourd'hui, se lancer dans le commerce équitable rime souvent avec reconversion professionnelle. "La plupart des demandes de formation proviennent de cadres, souvent de cadres dirigeants, qui ont autour de 35 à 40 ans, et arrivent soit avec une réelle préoccupation, soit par insatisfaction dans leur vie de salarié", explique Emmanuel Antoine, co-fondateur et directeur de Quatre Mâts Développement. Cette société, implantée près d'Amiens et en cours de réorganisation, propose une formation spécialisée dans la création d'entreprise de commerce équitable. Elle se déroule sur 13 semaines articulées ainsi : 7 semaines de cours alternées avec 6 semaines de travaux et d'enquête sur le terrain; "permettant à chaque candidat de collecter l'ensemble des informations nécessaires à l'élaboration de son plan d'affaires". Cette formation coûte 2 200 euros mais ne délivre pas de diplôme.Un concept séduisant et porteur. Il fait écho aux préoccupations environnementales et éthiques : ouvrir un commerce "propre", respectueux des producteurs et des produits. Un concept un peu trop idyllique, selon Emmanuel Antoine. "La première étape de notre formation est de recadrer les participants. C'est-à-dire de casser les représentations un peu trop exotiques, tout en resituant l'histoire du commerce équitable".But de la man?uvre : s'attaquer à la réalité d'un marché difficile à cerner.

Structurer les projets : de l'aide pour se mettre au travail

L'approche de Quatre Mâts Développement privilégie la filière économique. Car, depuis les années 80, la problématique du commerce équitable a évolué. Les activités de commercialisation des produits artisanaux ont gagné en importance par rapport au travail de sensibilisation du public. Aujourd'hui, vendre en commerce équitable, c'est avant tout fixer le bon prix du produit et enquêter sur sa provenance. Un mélange fragile de pratique économique et d'éthique. "On essaye de former les porteurs de projets à l'appréciation des risques. Car le marché du commerce équitable va au-delà d'un échange commercial : c'est avant tout une autre façon de concevoir son métier de commerçant."

Distribution de machines à café, produits en services gros et demi-gros, bars et restaurants à thème, boutiques de produits artisanaux, confection..., les projets de création ne manquent pas. Le Réseau Artisans du Monde compte plus de 170 points de vente en France animé par plus de 5 000 bénévoles et 85 salariés. A Paris, l'association Minga accompagne les porteurs de projets dans le commerce équitable. Ces derniers peuvent bénéficier de l'expérience et des pratiques d'une structure économique membre de Minga. L'association dispose également d'un centre de ressources pour les candidats à l'entreprenariat équitable.

 

Rédigé par La rédactionPublié le 13/05/2009 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Création d'entreprise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.