Cet article date de plus d'un an.

Vidéo "Cash Investigation". Un agriculteur bio écrit à son ministre car il ne touche pas d’aide de la PAC : son exploitation est… trop petite

Publié Mis à jour
VIDEO. "Cash Investigation". Un agriculteur bio écrit à son ministre car il ne touche pas d’aide de la PAC : son exploitation est… trop petite
VIDEO. "Cash Investigation". Un agriculteur bio écrit à son ministre car il ne touche pas d’aide de la PAC : son exploitation est… trop petite VIDEO. "Cash Investigation". Un agriculteur bio écrit à son ministre car il ne touche pas d’aide de la PAC : son exploitation est… trop petite
Article rédigé par France 2
France Télévisions

Sur les 9 milliards d’euros distribués chaque année en France dans le cadre de la politique agricole commune, 7,3 sont attribués selon la surface des exploitations. Plus elles sont grandes, plus les subventions seront importantes. Gwenaël Floch ne touche rien de la PAC en produisant sur son demi-hectare. Il a pris sa plume pour défendre les milliers d’agriculteurs dans la même situation… Extrait de "Agriculture : où sont passés les milliards de l’Europe ?", une enquête de Véronique Blanc, diffusée mardi 7 juin 2022 à 21h10 sur France 2.

Qu’est-ce qui ne tourne pas rond pas dans cette politique agricole commune (PAC) pour que des agriculteurs n’en bénéficient pas, se demande le magazine "Cash Investigation" (replay). Et c’est avec Gwenaël Floch qu’il va mieux comprendre cette iniquité. A première vue, ce paysan breton a tout bon car il produit cinquante tonnes de légumes par an, sans pesticides ni engrais puisque c’est du bio.

Depuis douze ans, cet agriculteur, qui crée de l’emploi avec six personnes travaillant dans ses serres, n’a cependant n’a jamais touché d’aides de la PAC. Il ne vit que de la vente de ses légumes en se versant un petit salaire de 1 250 euros net par mois. Et au moindre coup dur, il peut tout perdre : "On a zéro filet de sécurité et la variable d'ajustement, c'est clairement le revenu", explique-t-il.

"Dans le maraîchage, on a des cultures très fragiles"

"Le métier de paysan est soumis à énormément d’aléas. On est énormément exposé au gel, aux sécheresses, aux tempêtes… Et encore plus dans le maraîchage où on a des cultures très fragiles", précise Gwenaël Floch qui n’avait jamais rien dit, jamais rien demandé, mais aujourd’hui, il en a assez. Alors, le paysan a décidé d’écrire à sa tutelle ministérielle pour lui faire part de sa situation…

"Monsieur le Ministre, savez-vous que vous êtes la deuxième personne après ma femme avec qui je démarre une correspondance. Je suis maraîcher bio, je cultive 0,5 hectare de cultures sous abri. Par contre, je n’ai aucune aide de la PAC. Au plaisir de vous rencontrer et d’échanger…" a-t-il écrit au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie (2020-2022), remplacé depuis par Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire…

>> Le ministre a entendu Gwenaël Floch : à partir de 2023, il touchera une aide spécifique pour les petites exploitations, comme 3 500 petits maraîchers.

Extrait de "Agriculture : où sont passés les milliards de l’Europe ?", une enquête de Véronique Blanc, diffusée mardi 7 juin 2022 à 21h10 sur France 2.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.