Idées reçues sur les migrants? On a posé la question au directeur général de France terre d’asile

 Circulent parfois sur Internet des intoxs sur les migrants en France. Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, décrypte certaines de ces idées reçues lors d’un entretien pour Brut.

Voir la vidéo

Pour Brut, Pierre Henry, le directeur général de France terre d’asile revient sur 3 idées reçues sur les migrants en France. Entretien.

Intox n°1: les migrants touchent-ils 40 € par jour ?

Pierre Henry : Non, c’est faux. Un demandeur d’asile, s’il est hébergé, va bénéficier d’une aide journalière d’environ 6,80 €. S’il n’est pas hébergé, il va bénéficier d’une aide de 11,50 €. Et faut-il encore qu’il soit enregistré comme "demandeur d’asile".

Intox n°2: les migrants ont-ils droit à une carte bancaire donnée par l’État ?

PH : L’État ne donne pas une carte bancaire ! En réalité, il y a une aide pour les demandeurs d’asile, qui ne peut être perçue de façon électronique. C’est à dire avec un document, qui peut ressembler à une carte bancaire mais qui, en aucune façon, n’est une autorisation de tirer de l’argent sur un compte. Cette carte, elle sert à aller retirer, si on se trouve à l’extérieur d’un centre d’hébergement, les 11,50 € auxquels on a droit quand on est demandeur d’asile. Point à la ligne.

Intox n°3: les migrants prennent-ils le travaillent des Français ?

PH : En ce qui concerne les demandeurs d’asile, ils n’ont pas le droit de travail. Quand aux migrants en situation régulière, c’est-à-dire qui ont un titre de séjour, quant à dire qu’ils prennent le travail des Français je dirais : non. Ils font plutôt le travail que les Français ne veulent pas faire. Et avec des métiers qui sont durs, aux horaires décalés et à la rémunération extrêmement faible.



 Circulent parfois sur Internet des intoxs sur les migrants en France. Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, décrypte certaines de ces idées reçues lors d’un entretien pour Brut.
 Circulent parfois sur Internet des intoxs sur les migrants en France. Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile, décrypte certaines de ces idées reçues lors d’un entretien pour Brut. (Brut)