Cet article date de plus de cinq ans.

Embauches, dégel des salaires : PSA annonce des mesures de reprise économique

La reprise est là si l'on en croit PSA. Après trois ans de grandes difficultés, le constructeur français annonce une série de mesures d'embauches et d'amélioration du pouvoir d'achat des salariés.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Le groupe PSA Peugeot-Citroën va mieux © Maxim Shemetov / Reuters)

Il y a trois ans, PSA était au bord de la faillite et les syndicats avaient consenti à de gros efforts. Maintenant que ça va mieux, le groupe inverse la tendance et parvient à rassembler autour d'une même table cinq des six syndicats de PSA, pour leur faire signer le nouvel accord d'entreprise qui sera en vigueur les trois prochaines années.

Un millier d'embauches en CDI

La direction s'engage à continuer à produire au moins 1 million de véhicules par an en France, et à créer, sur trois ans, un millier d'emplois en CDI ainsi que 2.000 emplois-jeunes. Il n'y avait pas eu d'embauche chez PSA depuis 8 ans. Pire, les trois dernières années ont vu la suppression de 17.000 postes rappelle la CGT, qui a refusé de signer. Les salaires étaient gelés ? Ils vont augmenter : au moins 1% au-dessus de l'inflation, selon l'accord. Il y aura également des mesures d'intéressement. Force ouvrière a fait ses comptes, et estime que chaque salarié devrait toucher, en moyenne, au moins 2.000 euros supplémentaires par an. La contrepartie de tout ça, c'est plus de flexibilité : retourner par exemple à l'usine le samedi, pour faire face à un afflux de commandes. "On est bien obligé de s'adapter", disent les syndicats, dans un environnement mondial toujours plus concurrentiel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.