Économie : le bonus du PDG de General Electric fait polémique

Comme annoncé au printemps 2020, 13 000 emplois vont disparaître à General Electric, dont certains en France. Pourtant, l'entreprise s'apprête à accorder un bonus de 47 millions de dollars - minimum - à son PDG.

France 2

Larry Culp, patron de General Electric, est au cœur d'une polémique, de part et d'autre de l'Atlantique. Il est assuré de gagner entre 47 et 230 millions de dollars de bonus. Une somme difficile à digérer pour les salariés du groupe, que ce soit aux États-Unis ou en France. "Les patrons empochent et les autres ont le reste", peste un salarié de l'usine de Belfort (Territoire de Belfort). "Ça nous dépasse un petit peu. On a sans doute du mal à se rendre compte des montants", se désole l'un de ses collègues.

Les syndicats vent debout

Les syndicats, eux, sont vent debout. Car, deux ans après l'arrivée de Larry Culp, l'entreprise est en grande difficulté. 1,2 milliard de dollars de pertes ont été enregistrés au troisième trimestre 2020. Surtout, 13 000 suppressions de postes sont prévues à travers le monde entier, dont un millier en France selon les syndicats.

Le JT
Les autres sujets du JT
Larry Culp, patron de General Electric.
Larry Culp, patron de General Electric. (CAPTURE ECRAN FRANCE 2)