Diesel : aucune mesure avant 2014 selon Matignon

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, a déclaré dimanche matin être opposé à la prime à la casse telle qu'elle existait auparavant. Il souhaite une prime qui avantage les constructeurs français et parle de "prime à la conversion", mais qui n'entrera pas en vigueur avant l'année prochaine annonce Matignon.

(Maxppp)

Le ministère du Redressement productif a confirmé à plusieurs médias "qu'un travail
est en cours" pour instituer une "prime de conversion" afin
d'aider au remplacement des véhicules diesel les plus anciens.

La principale
question est celle du coût puisque le ministre a, par ailleurs indiqué, qu'il était opposé à une hausse des taxes sur
le gazole. En France, le diesel représente 80 % de la consommation de carburants.

Le gouvernement attend dans les semaines qui viennent les
propositions du comité sur la fiscalité écologique, mis en place fin 2012, dont
les travaux doivent fournir les premières mesures applicables dès 2014.

Débat au gouvernement

Dimanche soir sur France Inter, la ministre du Logement Cécile Duflot a apporté son soutien à sa collègue Delphine Batho, à l'Ecologie, en appelant à la fin des avantages fiscaux pour le diesel.

Mais la question de la fiscalité du diesel ne fait apparemment pas consensus au sein du gouvernement. Alors donc que certaines ministres veulent mettre fin aux avantages fiscaux, sous l'argument principalement écologique, Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici se sont montrés catégoriques : le ministre de l'Economie l'a affirmé dimanche soir sur LCI : "Il n'y a aucune forme d'augmentation de la fiscalité du diesel qui soit prévue" , reprenant là les mots des services de Matignon, affirmant que rien ne serait de toute façon voté avant l'examen de la loi de finances pour 2014, à l'automne prochain.

Pas de prime à la casse, pas de fin des avantages fiscaux sur le diesel. Le gouvernement va devoir harmoniser sa ligne s'il veut être entendu.