Cet article date de plus de douze ans.

Des salariés résistent à leur ex-employeur

Près de 50 employés de Vigimark occupaient mardi le siège du groupe Derichebourg pour un plan social "digne de ce nom"
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Près de 50 employés de Vigimark occupaient mardi le siège du groupe Derichebourg pour un plan social "digne de ce nom"Près de 50 employés de Vigimark occupaient mardi le siège du groupe Derichebourg pour un plan social "digne de ce nom"

Derichebourg Sûreté, qui avait perdu des contrats dans les aéroports, a été cédé début 2009 au groupe Vigimark, puis placé en redressement judiciaire.

La plupart des personnels ont été repris par les sociétés ayant remporté les marchés mais 70 salariés sont restés sans solution, d'après les syndicats.

Ils pourraient faire l'objet d'un plan social, dont l'ampleur dépendra des gains et pertes de marchés dans les mois à venir. La cinquantaine de salariés, occupant la cour du groupe de services aux entreprises et aux collectivités Derichebourg, dans le XIIe arrondissement, attendent des réponses de la direction pour quitter les lieux.

Mardi, le tribunal de commerce de Créteil a décidé la poursuite de l'activité de Vigimark Sûreté jusqu'à la fin de la période d'observation de six mois, à l'automne. Cette décision "est importante pour nous car c'est la sauvegarde des emplois" a déclaré Erick Bilinski (CGT). "Il y a eu une manigance entre les deux patrons pour éviter à Derichebourg d'assumer un nouveau plan social", estime-t-il, Vigimark étant selon lui "une société fantôme", en référence à l'affaire des maîtres-chiens sans papiers qu'elle emploie dans les gares.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.