Délais de paiement des entreprises : le Medef veut un "Name and Shame" pour tous

Pour Emmanuel Macron, les retards de paiement dans les entreprises "gangrènent notre économie". Le ministre a évoqué début octobre la mise en en place du "Name and shame" qui consiste à pointer du doigt les entreprises coupables. Chose faite ce week-end avec noms publiés. Le Medef approuve mais souhaite que cela concerne aussi les "collectivités locales, territoriales et service de l'Etat".

(Thibault Lanxade : "Les délais de paiement concerne toutes les entreprises" © MaxPPP)

Le ministre de l'Economie avait menacé début octobre de donner les noms des principales entreprises sanctionnées par l'Etat. "Quand les grandes entreprises sont condamnées, cela ne m'émeut pas !", lui a répondu Thibault Lanxade, vice-président du Medef en charge des TPE-PME (très petites, petites et moyennes entreprises) après la publication ce week-end des noms de cinq grandes entreprises sanctionnées.

 

Mais, pour le représentant des chefs d'entreprises, "si les délais de paiement représentent 15 milliards, la moitié vient de l'Etat" . Alors "quand l'Etat fait du 'Name and shame'', il faut parler aussi des collectivités locales et territoriales." Il cite ainsi l'exemple de la Guadeloupe où "vous avez plus de 260 millions d'euros qui ne sont pas payés aux PME qui collectent les ordures ménagères ". Il donne aussi pour exemple, "la Caisse de dépôt et consignation qui ne paie que 5% la livraison d'un bâtiment une fois qu'il est construit".

SFR, Numéricable, Airbus condamnés et dénoncés

Vendredi, pour la première fois en France, les "mauvais payeurs" ont été publiquement dénoncés. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en ligne une liste de cinq entreprises condamnées pour ne pas avoir respecté la loi qui limite à 60 jours (ou 45 jours fin de mois) les délais de paiement à compter de la date d'émission d'une facture.

 

Dans cette liste, Numéricable, SFR et Airbus Helicopters, sont les entreprises qui écopent des plus grosses amendes avec  375.000 euros demandés "pour des retards significatifs et répétés dans le paiement des factures de ses fournisseurs".  

"Les délais de paiement concernent toutes les entreprises" (Thibault Lanxade)

Cette initiative ne provoque donc pas la colère du représentant des petites entreprises au sein du Medef. "Cela peut être responsable de 24% de la destruction des entreprises actuelles ," selon Thibault Lanxade qui ajoute que "vous avez, en France, 64.000 destructions d'entreprises par an ".

 

S'il rappelle que "les délais de paiement sont devenus insupportables" , il aimerait "que l'on regarde du côté des collectivités locales, territoriales et service de l'Etat" . Il propose aussi des solutions : "il faut avoir une politique incitative et trouver des outils comme la facture électronique."  

Thibault Lanxade (Médef) répond à Marie Bernardeau
--'--
--'--