Cet article date de plus de sept ans.

Le déficit commercial se creuse, le déficit de l'Etat baisse

INFOGRAPHIE | Le déficit commercial de la France s'est creusé de plus de 600 millions d'euros en juillet, à 5,1 milliards d'euros, en grande partie du fait d'un rebond des achats énergétiques. Le déficit budgétaire de l'Etat est en revanche en baisse, se contractant à 80,8 milliards d'euros.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (IDÉ)

Deux annonces vendredi, concernant l'économie française : une bonne et une moins bonne. La première concerne le déficit de l'Etat qui s'est réduit de 4,7 milliards d'euros en juillet. Il s'est contracté à 80,8 milliards d'euros contre 85,5 milliards un an plus tôt à la même période, selon les données publiées par le ministère du Budget.

C'est la première fois depuis le début de l'année que le déficit budgétaire affiche une baisse. La cause : la progression des rentrées fiscales. Bercy espérait une amélioration plus importante encore, mais plusieurs dépenses exceptionnelles l'ont obligé à revoir ses objectifs: la contribution de la France à une augmentation de capital de la Banque européenne d'investissement pour 1,6 milliard d'euros ainsi qu'une dotation de 3,3 milliards au Mécanisme européen de stabilité.

Exportations en baisse par rapport au mois d'avril

Moins bonne nouvelle en revanche pour le déficit commercial, qui s'est creusé de plus de 600 millions d'euros, atteignant en juillet 5,1 milliards d'euros, et alors qu'il avait baissé en juin. Selon les Douanes, qui ont communiqué ces chiffres, ces mauvais résultats du commerce extérieur français sont dus "essentiellement à un net rebond des achats énergétiques et d'une poussée ponctuelle des approvisionnements de l'industrie spatiale à Kourou en Guyane".

Les exportations ont également progressé, passant à 36,5 milliards d'euros, "mais leur niveau reste en deçà du pic atteint en avril au plus fort des performances des industries aéronautiques, spatiales et navales", poursuivent les Douanes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.