Croissance nulle au 2e trimestre : un résultat "décevant" admet le gouvernement

L'activité économique a stagné au deuxième trimestre en France après une hausse de 0,7% du PIB au premier. Le produit intérieur brut est resté stable alors qu'il était attendu en progression de 0,3%, annonce ce vendredi l'Insee. Un résultat qui s'explique notamment par les grèves dans les raffineries.

(Michel Sapin, le ministre des Finances a réagi aux chiffres de l'INSEE © BERTRAND GUAY / AFP)

En France, la croissance a été nulle au deuxième trimestre alors qu'elle était attendue en hausse de 0,3%. Seule bonne nouvelle dans ce domaine ce vendredi matin, la légère révision à la hausse de la croissance au premier trimestre, à +0,7% contre +0,6%. 

La grève des raffineries comme explication

Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin reconnaît que le chiffre de la croissance du dernier trimestre est "décevant" et il l'explique ​"évidemment avant tout par la croissance exceptionnelle du 1er trimestre, mais également par des effets ponctuels au 2e trimestre, notamment les grèves dans les raffineries qui ont pesé sur la production". Il assure aussi qu'au-delà "des à-coups d'un trimestre à l'autre, l'économie française reste sur une dynamique de reprise qui ne remet pas en cause la prévision de croissance de 1,5% en 2016". 

Deux faits marquants : le recul de la consommation des ménages après une hausse d'1,5% au premier trimestre, les dépenses des Français ont nettement ralenti pour stagner. Et la baisse des investissements des entreprises : moins 0.4% entre avril et juin alors qu'ils avaient augmenté d'1,3% au premier trimestre.

Les dernière grèves et mouvements sociaux sont donc cités parmi les explications. On peut penser aussi aux attentats. Les Français retrouveront-ils le goût de consommer lors du prochain trimestre et les entreprises vont-elles se remettre à investir ? Point crucial car une France qui n'investit pas, c'est une France qui ne crée pas d'emplois.

(Croissance zéro au 2e trimestre © Visactu)