Une UE à plusieurs vitesses se profile

François Hollande a reçu les dirigeants allemand, espagnol et italien à Versailles ce lundi 6 mars pour parler de l'avenir de l'UE, mis à mal par le Brexit.

France 3

Le constat partagé à Versailles entre les quatre principaux pays de la zone euro, France, Allemagne, Italie et Espagne, c'est que la prise de décision dans la grande UE à 27 est devenue trop lente, trop lourde, trop complexe. C'est devenu un serpent de mer, mais il faut donc permettre aux pays qui désirent travailler ensemble d'aller plus vite et plus loin.

UE de la défense, UE de la fiscalité...

Pour Paris, cette relance du projet européen passe par l'Europe de la défense qui inclurait la Grande-Bretagne, malgré le Brexit. Les Européens sont tenaillés entre la Russie de Vladimir Poutine et l'Amérique de Donald Trump.

Ils veulent donc développer une autonomie de défense, mais aussi pousser plus loin une coalition de pays volontaires sur l'immigration, la sécurité des frontières ou la fiscalité. Le 25 mars à Rome, l'anniversaire du Traité de Rome sera l'occasion de voir si cette ambition est réaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Angela Merkel et François Hollande, le 13 décembre 2016 à Berlin
Angela Merkel et François Hollande, le 13 décembre 2016 à Berlin (ODD ANDERSEN / AFP)