Cet article date de plus de dix ans.

Texas Instruments prévoit de supprimer 517 emplois à Villeneuve-Loubet, près de Nice

La direction a fait cette annonce lors d'un comité d'entreprise extraordinaire, selon les syndicats. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Devant le site Texas Instruments de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), le 21 octobre 2008. (PATRICE LAPOIRIE / MAXPPP)

Le groupe américain Texas Instruments a annoncé mardi 18 décembre à ses salariés de l'usine de microprocesseurs de Villeneuve-Loubet, près de Nice (Alpes-Maritimes), la suppression de 517 des 541 emplois du site, a indiqué une source syndicale. La direction a fait cette annonce lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. Le site fermera ses portes dans quelques mois, dans le cadre d'une restructuration mondiale qui entraînera au total 1 700 pertes d'emploi.

Olivier Théron et Virgil Llado - France 2

Le site fait les frais de la réorientation du groupe

Le site de recherche de Villeneuve-Loubet est spécialisé dans les microprocesseurs pour les tablettes et les smartphones, dont Texas Instruments veut se désengager pour mettre l'accent sur les applications pour les voitures et la domotique. Le groupe américain avait déjà annoncé la suppression de plus de 300 postes en 2008 sur le site.

Seule une équipe de 27 personnes, faisant du développement dans le domaine des télécommunications, n'est pas concernée par ce plan. Elle devra néanmoins quitter le site de 20 hectares et les locaux de 28 000 m2 occupés sur les hauteurs de Villeneuve-Loubet.

La direction va se réunir au début de l'année 2013 avec les organisations syndicales pour arrêter des mesures d'accompagnement (formation, aides à la création d'entreprises, congés de reclassement). Des offres de reclassement seront proposées aux salariés à l'intérieur du groupe Texas Instruments, mais probablement, pour une bonne partie d'entre eux, hors de France.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.