Cet article date de plus de neuf ans.

Standard & Poor's abaisse d'un cran la note de la Belgique

La note du pays a été ramenée de AA+ à AA, dans un contexte d'"incertitude politique". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'agence de notation Standard and Poor's a dégradé, vendredi 25 novembre, la note de la Belgique.  (YVES HERMAN / REUTERS)

Après la Hongrie et le Portugal, c'est au tour de la Belgique. L'agence de notation Standard and Poor's a abaissé, vendredi 25 novembre, la note du pays. Elle a été ramenée de AA+ à AA assortie d'une perspective négative. 

L'agence a mis en avant le risque que le royaume doive de nouveau intervenir pour soutenir son secteur financier. Cela alourdirait une dette déjà élevée, de 350 milliards d'euros rappelle Le Figaro, et qui pourrait alors atteindre 100 % du produit intérieur brut (PIB), estime l'agence.

Une "incertitude politique" handicapante

La crise économique gagne donc du terrain dans un pays encore malmené par la crise politique. Cette dernière a connu un nouvel épisode cette semaine : le socialiste Elio Di Rupo, chargé de former un nouveau gouvernement, a failli démissionner, rattrapé in extrémis par le roi Albert II, qui lui a demandé de poursuivre sa mission. 

Cette "incertitude politique" continue de peser sur la crédibilité de la Belgique en tant qu'emprunteur, a précisé l'agence de notation. Vendredi, les taux d'emprunt à dix ans ont dépassé les 5,7 %.

Ultimatum pour un accord sur le budget

Juste après l'annonce de Standard and Poor's, le Premier ministre belge en Affaires courantes Yves Leterme a lancé un ultimatum aux six partis qui, rapporte Le Soir, négocient actuellement la formation d'un nouveau gouvernement, afin qu'ils trouvent un accord avant lundi sur le budget 2012.

Ces négociations sont pour le moment bloquées par les dissensions politiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.