"Un Français sur 4 a déclaré avoir eu des difficultés pour payer ses factures", selon le médiateur de l'énergie

Selon le baromètre Énergie info 2021, 84% des personnes interrogées se disent préoccupées par leurs dépenses énergétiques. Les 18-34 ans sont les plus touchés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une gazinière. Photo d'illustration. (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Les indicateurs liés à la précarité énergétique "n’ont jamais été à un niveau aussi élevé" en raison de l’augmentation des prix de l’électricité et du gaz, indique Frédérique Fériaud, directrice générale du médiateur de l’énergie, mardi 12 octobre sur franceinfo. 84% des personnes interrogées dans le dernier baromètre Énergie info 2021 sont désormais préoccupées par leurs dépenses en termes d'énergie. Une hausse de 5 points en un an. Les 18-34 ans sont cette année encore les plus touchés : 48 % d’entre eux déclarent avoir des difficultés à payer leurs factures d’énergie, ils étaient 32 % en 2020.

franceinfo : Le prix de l’énergie est au coeur des préoccupations des Français ?

Frédérique Fériaud : En effet, puisque cette année, tous les indicateurs qui ont un lien avec les aspects de paiement des factures ou de chauffage et qui sont directement corrélés à ce qu'on appelle la précarité énergétique sont en hausse. Ils n'ont jamais été à un niveau aussi élevé. Cela fait 15 ans que l'on réalise cette enquête, que l'on pose les mêmes questions et cette année, on est confronté vraiment à une hausse significative. Il y a une inquiétude. On la ressent à travers la hausse de ces indicateurs. Un Français sur 4 qui a déclaré avoir eu des difficultés pour payer ses factures. C'est une hausse de 7 points par rapport à 2020. Ce qui est particulièrement frappant, c'est que c'est la population jeune qui est la plus touchée, puisque cela concerne près d'un jeune de 18-34 ans sur deux qui a eu du mal à payer ses factures.

Que conseillez-vous aux Français pour faire baisser la facture d’énergie ?

L’énergie la moins chère, c'est celle qu'on ne consomme pas. On peut essayer de faire baisser sa consommation d'énergie en baissant peu le chauffage. On ne va pas nécessairement être en inconfort. Si on baisse de 1°C la température de son chauffage, on économise 7% de sa facture. Couper les appareils en veille, baisser la température de son cumulus électrique ou son cumulus au gaz, ce sont des choses pour économiser sa consommation d'énergie. Mieux suivre aussi sa consommation d'électricité avec son compteur Linky pour identifier les appareils les plus énergivores. Et puis, il y a encore la possibilité de faire des économies en changeant de fournisseur, même si en ce moment, cela devient un peu compliqué parce que les prix augmentent sur les marchés et donc les fournisseurs alternatifs, les concurrents des fournisseurs historiques EDF et Engie ont de plus en plus de mal à proposer des offres compétitives. Il en reste néanmoins pour le moment, notamment en gaz.

Les Français ne savent pas toujours que changer de fournisseurs est totalement gratuit ?

Effectivement, c'est complètement gratuit et on a encore un Français sur quatre qui pense que le changement de fournisseur d'énergie est payant. Neuf Français sur dix sont au courant de la libéralisation des marchés de l'énergie. Ils savent qu'ils peuvent choisir un fournisseur, mais un sur quatre pense que c'est payant.

Vous avez aussi un rôle de médiateur. Faites-vous face à de plus en plus de litiges ?

Oui, effectivement, on a de plus en plus cette mission d'information qui est de communiquer sur le fonctionnement des marchés et de proposer des outils pour aider les consommateurs. Mais le médiateur national de l'énergie est aussi une institution publique qui aide les Français à résoudre à l'amiable leurs litiges avec les consommateurs d'énergie. Et c'est vrai que depuis plusieurs années, on a une hausse ininterrompue de litiges. L'année dernière, on en a enregistré 27 000 sur les douze derniers mois. On est à 31 500. Les consommateurs ont de plus le réflexe, quand ils rencontrent des difficultés, à faire appel à nous.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise européenne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.