Cet article date de plus de neuf ans.

Mise sous surveillance de la note de la France : Standard & Poor's s'explique sur France Info

L'agence de notation a prévenu qu'elle mettait sous surveillance avec implication négative les notes souveraines de 15 pays de la zone euro, notamment le triple A de la France et de l'Allemagne. Le chef économiste de Standard & Poor's pour la zone euro explique cette décision.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"Il s'agit d'un avertissement ", explique Jean-Michel Six, chef économiste de Standard & Poor's pour la zone euro, "mais il y
a encore la possibilité de retourner les choses, il s'agit d'une inquiétude très forte de notre part.
"

L'agence de notation a prévenu hier qu'elle plaçait la note de la France, ainsi que celle de 14 autres pays de la zone euro, sous surveillance négative. La note française risque d'être dégradée de deux points, davantage que
la note allemande. Car pour l'agence de notation, la France est moins bien lotie que sa voisine, et cela pour deux raisons : les perspectives de croissance, et le besoin de refinancement des banques qui pourrait conduire à un besoin de recapitalisation de la part de l'Etat.

"En France, les perspectives de croissance sont en deça de ce qu'affiche le gouvernement "

"Notre rôle est d'alerter sur les risques qui se présentent aujourd'hui. Loin de jeter de l'huile sur le feu, nous aidons à la clarification du débat, et à la mise en valeur des enjeux des négociations internationales du moment " explique Standard & Poor's. "Nous pensons que les divergences entre pays européens, et surtout que
le temps que prend l'accomplissement de ces accords, sont préjudiciables à ces pays, et pour leur capacité à se refinancer sur les marchés
" ajoute l'agence. Et le timing de cet avertissement n'a pas été laissé au hasard, puisqu'il intervient deux jours avant l'ouverture d'un nouveau sommet de crise à Bruxelles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise de la dette

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.