Colère des agriculteurs : la Coordination rurale évoque "un engagement" de la part de l'exécutif, mais attend des précisions vendredi

"On a aussi insisté pour qu'ils reviennent sur les taxes GNR" (gazole non routier)", a déclaré Véronique Le Floc'h, présidente de la Coordination rurale, mercredi sur franceinfo.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Véronique Le Floc'h, présidente de la Coordination rurale, et Christian Convers, secrétaire général du syndicat agricole, le 23 janvier 2024 à Matignon après leur rendez-vous avec le Premier ministre. (IAN LANGSDON / AFP)

La présidente de la Coordination rurale Véronique Le Floc'h assure, mercredi 24 janvier sur franceinfo, avoir obtenu "un engagement" dont "les points précis seront donnés" vendredi. Véronique Le Floc'h, qui a été reçue mardi soir à Matignon, évoque notamment un engagement sur la trésorerie, sans donner plus de précisions. "On a aussi insisté pour qu'ils reviennent sur les taxes GNR" (gazole non routier), ajoute-t-elle. Véronique Le Floc'h attend des "réponses rapides" de la part de l'exécutif. "Ils doivent réfléchir vite, c'est leur boulot", insiste-t-elle.

Au micro de franceinfo, la présidente de la Coordination rurale a salué mardi soir "un échange constructif" avec Gabriel Attal, qui s'est entretenu avec deux nouveaux syndicats afin d'entendre les revendications des agriculteurs, mobilisés depuis plusieurs jours un peu partout en France. La présidente de la Coordination rurale estime avoir été écoutée par le Premier ministre.

"Le Premier ministre a bien compris que le premier problème du terrain est celui de la trésorerie."

Véronique Le Floc'h, présidente de la Coordination rurale

sur franceinfo

Véronique Le Floc'h considère que Gabriel Attal a également "bien compris" l'enjeu autour des "agriculteurs qui attendent plus d'un an pour percevoir des indemnités pour des animaux qu'ils n'ont pas pu vendre [en raison] d'un problème sanitaire". Elle appelle donc à "être plus souple" et à agir "vite pour que ceux qui ont tout perdu avec les tempêtes puissent repartir en production" et n'aient donc pas à "attendre que des dossiers soient complétés".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.