Cet article date de plus de trois ans.

Crise en Guyane : "Ce n'est pas avec ces promesses que nous allons remettre à flot l'économie et le système de santé"

Olivier Goudet, président de l'association Trop'Violans, ne s'est pas montré satisfait, samedi sur franceinfo, de l'annonce faite par le gouvernement pour résoudre la crise en Guyane.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants à Cayenne, en Guyane, mardi 28 mars 2017. (JODY AMIET / AFP)

Après bientôt deux semaines de conflit social en Guyane, le gouvernement s'est engagé, samedi 1er avril, à hauteur d'un milliard d'euros sur dix ans. "Nous nous attendions à mieux. Il y a des réponses qui ont été apportées, mais la population guyanaise a un retard de 50 ans [...]. Ce n'est pas acceptable", a réagi sur franceinfo Olivier Goudet, président de l'association Trop'Violans.

Les collectifs toujours mécontents

"Ce n'est pas avec ces promesses que nous allons remettre à flot l'économie et le système de santé", a poursuivi Olivier Goudet. Pour le président de l'association Trop'Violans le compte n'y est pas

La ministre des Outre-mer Ericka Bareigts a présenté "1,85 milliard d'euros" de mesures, pour la sécurité, la santé et l'éducation, afin de mettre fin au conflit social. Ces propositions sont étudiées par les collectifs qui mènent la contestation.

"Nous nous attendions à mieux", Olivier Goudet - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.