Costco : "Un concept à mi-chemin entre les hypermarchés et les entrepôts"

"C'est une forme de vente qui promet des prix plus bas parce qu'elle va acheter en plus grande quantité," a expliqué sur franceinfo Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution au sujet de l'ouverture en France d'un premier magasin Costco.

Un magasin Costco aux USA en mars 2014
Un magasin Costco aux USA en mars 2014 (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Le deuxième distributeur mondial, l'américain Costco va s'installer en France, à Villebon-sur-Yvette, dans l'Essonne. L'ouverture du magasin est prévue au printemps 2017. Son concept est particulier : pour pouvoir acheter, il faut s'abonner, entre 30 et 50 euros par an. Le client bénéficie ensuite de prix inférieurs à la concurrence sur une sélection d'environ 4 000 produits alimentaires ou non.

"C'est un concept à mi-chemin entre les hypermarchés et les entrepôts qui est très présente aux États-Unis", a expliqué sur franceinfo Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution.

franceinfo : Costco inquiète-t-il la grande distribution française ?

Olivier Dauvers : Il inquiète d'abord ceux qui sont directement concurrents du premier magasin de Villebon-sur-Yvette. C'est une forme de vente qui promet des prix plus bas parce qu'elle va acheter en plus grande quantité, qu'il n'y aura pas de service en magasin, ou parce que ce sont des magasins qui ne seront pas des cathédrales du commerce. Dès lors qu'une nouvelle forme de vente arrive avec des prix plus bas, il y a une grande probabilité qu'elle intéresse les consommateurs.

Quel impact sur le marché français ?

Cela va montrer aux enseignes d'hypermarchés classiques qu'elles ont parfois trop de choix et que la proposition de Costco, avec à peu près 4 000 articles sur 14 000 m², cela suffit peut-être à bon nombre de familles qui n'ont pas envie d'avoir 50 références de dentifrices. L'effet sur le marché va être de faire réfléchir les acteurs classiques à réinventer leurs propositions commerciales qui ronronnent.

Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution : "Dès lors qu'une nouvelle forme de vente arrive avec des prix plus bas, il y a une grande probabilité qu'elle intéresse les consommateurs"
--'--
--'--