Colère des éleveurs : Le Foll lance "un appel à la responsabilité"

Alors que les éleveurs poursuivent leurs blocages, le ministre de l'Agriculture demande "à tous" d'être responsables. Il a reçu ce mardi les représentants du secteur bancaire pour étudier au cas par cas les dossiers des exploitations les plus en difficultés.

(Crise agricole : Stéphane Le Foll lance un appel "à la responsabilité de tous" © MAXPPP)

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron ainsi que le ministre des Finances Michel Sapin, ont reçu ce mardi les représentants du secteur bancaire, pour savoir comment les dettes des éleveurs français (viande et lait) pourront être restructurées. Concrètement, des "cellules d’urgence " regroupant l’Etat, les banques et la Médiation du crédit vont étudier au cas par cas les dossiers des exploitations les plus en difficultés.

 Objectif : la mise en oeuvre du plan d'urgence annoncé mercredi dernier, un soutien financier allant jusqu'à 1,1 milliard d'euros pour les éleveurs et les producteurs laitiers, dont la prise en charge d'intérêts d'emprunts, la restructuration des dettes des exploitants les plus en difficulté et 500 millions d'euros de crédits bancaires garantis par la BPI.

Le gouvernement assure tout faire pour apporter une réponse rapide, pragmatique et durable. Stéphane Le Foll lance donc un appel "à la responsabilité " des éleveurs.

Les dettes des éleveurs français restructurées 

Les prêts des éleveurs seront donc rééchelonés. Les durées de remboursement, allongées. Ils paieront donc moins par an mais plus longtemps. Et certains, en très grande difficulté, auront droit à un dispositif encore plus poussé.

Le reportage de Mélanie Tournadre à la sortie de la réunion entre Stéphane le Foll et les éleveurs
--'--
--'--

Jusqu'à 500 millions d'euros de crédit bancaire pour les éleveurs

La Banque Publique d'Investissement garantit jusqu'à 500 millions de crédits bancaires aux éleveurs. Ce fonds de garantie BPI sera mis en place dès cette semaine.

Le système existait déjà pour les petites entreprises et il sera amélioré pour l'elevage explique le ministre de l'Economie Emmanuel Macron : "Il y avait jusqu'à présent une limite à 750.000 euros de chiffres d'affaires, on la supprime. Si vous aviez moins de trois ans d'existence, vous n'étiez pas éligibles, c'est supprimé. "  

Les agriculteurs en colère poursuivent leurs actions ce mardi, avec des barrages filtrants en Lorraine, mais aussi des contrôles en Seine-Maritime et dans les Pyrénées-Atlantiques. 

A LIRE AUSSI  ►►► Crise agricole : des grands axes toujours bloqués en Lorraine