Cet article date de plus de six ans.

Cinq cadres de la Seita toujours retenus à Carquefou

Cinq cadres de la Seita à Carquefou sont retenus par les salariés depuis mercredi après-midi. La fermeture de l'usine située près de Nantes a été annoncée à la mi-avril.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des salariés de la Seita à Carquefou retiennent cinq cadres © Maxppp)

Depuis le début de la semaine, les salariés  de cette usine, située près de Nantes et dont la fermeture a été annoncée, à la mi-avril, ont entamé un mouvement de grève.

"Nous voulons que la direction nous laisse en paix et qu'elle nous indemnise pour les jours de grève depuis le début de la semaine ", a expliqué Pascal Brochard, délégué CGT du personnel.

Le mouvement social a débuté lundi lorsque la direction a exigé que la production remonte à 50% par rapport à ce qu'elle était avant l'annonce de la fermeture. Par ailleurs, Pascal Brochard dénonce des pressions sur les salariés qui se seraient accrues ces dernières semaines. "Une centaine de salariés sur les 327 du site sont en arrêt-maladie" , explique Pascal Brochard.

Plusieurs fermetures de sites

La Seita – reprise en 2008 par Impérial Tobacco – a annoncé plusieurs fermetures de sites ces derniers mois. L'usine de Carquefou, donc, celle de Riom, une usine de traitement du tabac au Havre, deux centres de recherche à Bergerac et Fleury-les-Aubrais.

Par ailleurs, l'usine historique d'Impérial Tobacco située à Nottingham sera également fermée. Ce sont 130 emplois qui seraient créées en Pologne où sera délocalisée une partie de la production.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.