Maires : pourquoi ils rendent leur écharpe ?

En France, les maires sont de plus en plus nombreux à démissionner ou à annoncer qu'ils ne se représenteront pas aux prochaines municipales. 

FRANCE 2

Le mois dernier, Paul Canler, le maire de Nanteuil (Dordogne) a décidé de jeter l'éponge. Il a tenu les rênes du village à bout de bras pendant dix ans. Mais le mois dernier, la pression est devenue trop forte. Beaucoup de ses confrères démissionnent à cause des baisses de budget ou du manque de considération.Pour lui, c'est autre chose. "C'est un métier qui est très fatiguant. On a réglé des problèmes qui ne nous regardent pas, de particuliers notamment", explique-t-il. Comme souvent après une démission, c'est la première adjointe qui a pris la succession. Plusieurs fois par semaine, l'ancien maire lui donne des conseils sur les dossiers en cours. En cinq ans, les subventions de l'État ont baissé de 50 000 € sur un budget de 225 000. Mais pour elle, reprendre le flambeau était un devoir.

Des budgets en baisse

Mais tous ne démissionnent pas. À Marignieu, une commune de 150 habitants dans l'Ain, le maire Bernard Puthod, finira son mandat mais ne se représentera pas.Des heures d'investissement par semaine pour à peine 560 € par mois. Et avec les budgets en baisse, plus d'agents municipaux...Le maire fait maintenant tout lui-ême, comme assister à l'inspection de la station d'épuration. Autre motif de mécontentement : beaucoup de compétences ont été transférées vers les intercommunalités. Les maires sont formels : leur fonction est dénaturée. A cause de cette exaspération, 30 à 40% des communes pourraient ne pas avoir de candidat pour les prochaines municipales.

Le JT
Les autres sujets du JT
La mairie de Saint-Martin-de-Boubaux
La mairie de Saint-Martin-de-Boubaux (Julie Pacaud)