Maires : le casse-tête du budget

Le congrès des Maires de France se réunit cette semaine dans un contexte de baisse des dotations de l'État.

Voir la vidéo
france 2

Ils partagent la même envie de servir. Être maire, en ville comme à la campagne, est pour eux autant une fonction qu'une passion. Daniel Barde est maire de Blasimon, dans le Bordelais. La commune compte 940 habitants et il gère 11 employés municipaux pour une indemnité de 960 euros par mois. Monsieur le maire est un peu assistant social, un peu surveillant scolaire... Il a des projets pour son village, mais rien n’avance, car les subventions de l'État sont en baisse. Pour compenser, il pourrait augmenter les impôts, mais cela pose d'autres problèmes à ses administrés.

À Grigny, baisse depuis quatre ans

À Grigny (Essonne), en banlieue parisienne, la baisse des subventions touche également la commune. Philippe Rio, le maire de cette ville de 30 000 habitants, a 650 employés sous ses ordres et touche 2 900 euros d'indemnités par mois. Ici, la baisse cumulée est de 5,5 millions d'euros en quatre ans. Pourtant, Grigny est une des villes les plus pauvres de France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le maire de Boulogne-Billancourt estime que trois embauches seront nécessaires pour prendre en charge le transfert du Pacs des tribunaux vers les municipalités. 
Le maire de Boulogne-Billancourt estime que trois embauches seront nécessaires pour prendre en charge le transfert du Pacs des tribunaux vers les municipalités.  (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / AFP)