Cet article date de plus de huit ans.

Les députés votent une augmentation de la redevance télé de six euros

En métropole, la "contribution à l'audiovisuel public" sera de 131 euros en 2013, si le texte est définitivement adopté en l'état.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La "contribution à l'audiovisuel public" augmentera de 4 euros en 2013. (GLASS EYE / STOCK4B CREATIVE / GETTY IMAGES)

BUDGET – Une augmentation un peu plus importante qu'en première lecture. Les députés, qui examinent le projet de budget 2013, après son rejet au Sénat, ont voté jeudi 13 décembre une hausse de six euros de la redevance audiovisuelle, contre une augmentation de quatre euros initialement votée en octobre. La contribution à l'audiovisuel public, nom officiel de la redevance, passera ainsi à 131 euros en métropole ; en Outre-mer, elle augmentera de cinq euros, à 85 euros. Cette hausse doit rapporter 49 millions d'euros à France Télévisions.

C'est le gouvernement qui a proposé cette augmentation supplémentaire de deux euros, après l'avoir pourtant refusée lors du premier examen du texte. Elle est destinée à atténuer l'impact pour les chaînes publiques d'une diminution des dotations de 2,3% et de la baisse des ressources publicitaires, a expliqué le ministre de l'Economie solidaire, Benoît Hamon. Mais, a-t-il ajouté, "cette situation conjoncturelle ne doit évidemment pas exonérer l'entreprise des efforts de long terme".

Mis en échec par les communistes fin novembre au Sénat, avant même la fin de son examen, avec le rejet de son volet recettes, ce premier budget du quinquennat Hollande prévoit notamment 20 milliards d'euros de hausses d'impôt partagées entre ménages et entreprises, ainsi que 10 milliards d'économies dans les dépenses. Ce projet "de combat" mais aussi "de justice", selon la présentation du gouvernement, vise à tenir l'engagement d'un retour du déficit public à 3% du PIB l'an prochain.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Budget

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.