Cet article date de plus de dix ans.

Dette : Aubry pour une intervention de la BCE

La Banque centrale européenne (BCE) doit intervenir "massivement" sur le marché de la dette pour éviter l'implosion de la zone euro, déclare Martine Aubry
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Martine Aubry à Morlaix le 29 juillet 2011 (AFP/FRED TANNEAU)

La Banque centrale européenne (BCE) doit intervenir "massivement" sur le marché de la dette pour éviter l'implosion de la zone euro, déclare Martine Aubry

"Le risque d'une crise auto-réalisatrice, comme les marchés financiers en ont hélas pris l'habitude, est désormais en place", estime la maire de Lille, candidate à l'investiture du
Parti socialiste pour l'élection présidentielle, dans une tribune publiée sur le site internet de Libération.

"Devant l'urgence de la crise, il faut utiliser tous les instruments disponibles", poursuit-elle. "J'en appelle tout d'abord à l'esprit de responsabilité de la Banque centrale européenne. Gardienne de l'euro, elle doit intervenir massivement sur le marché de la dette pour éviter l'implosion de la zone", déclare l'ancienne ministre socialiste du Travail.

"Elle en a le pouvoir institutionnel, elle l'a déjà fait pour l'Irlande et le Portugal cette semaine : il faut qu'elle poursuive ses interventions, à grande échelle, pour casser la spéculation qui s'est abattue sur l'Italie et l'Espagne", dit-elle.

Martine Aubry, dont la tribune a été écrite avant la dégradation de la notation de la dette souveraine américaine, juge que le plan de sauvetage pour la Grèce décidé le 21 juillet doit être mis à exécution "immédiatement".

"Il faut substituer au gouvernement des marchés et des agences de notation, un gouvernement de la zone euro, doté d'une capacité d'emprunt et de ressources fiscales propres qui lui permettent d'agir", souligne-t-elle par ailleurs.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Budget de la France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.