Cet article date de plus de huit ans.

Le prix de l'essence sans plomb bat un nouveau record

Le coût du litre de sans plomb 95 a atteint un nouveau pic la semaine dernière. En revanche, le gazole a légèrement baissé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les prix du SP95 sont passés à 1,6506 euro en moyenne en France dans la semaine du 19 au 25 mars 2012. (FRED TANNEAU / AFP)

La flambée des prix de l'essence se poursuit. Selon des données publiées lundi 26 mars par le ministère du Développement durable, les prix de l'essence sans plomb ont atteint de nouveaux sommets la semaine précédente, à 1,6506 euro en moyenne pour le litre de sans plomb 95 (SP95) et à 1,6929 euro pour celui du sans plomb 98 (SP98). En revanche, le gazole qui avait la semaine précédente (1,4584 euro) dépassé son ancien sommet datant de 2008 a légèrement reflué, à 1,4560 euro.

Le gazole, qui représente environ 80% de la consommation française de carburants automobiles, reste toutefois à des niveaux de prix supérieurs au pic atteint il y a quatre ans (1,4541 euro établi en mai 2008). Ces prix de vente à la pompe sont des moyennes nationales calculées par la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) à partir de données fournies par les stations-services. Mais ils dépassent déjà largement ces niveaux à certains endroits. Ainsi, le prix du litre de SP95 a déjà dépassé, mi-mars, le seuil des 2 euros à la pompe, dans un parking parisien.

Au cœur de la campagne présidentielle

Depuis la fin 2011, les prix de l'essence battent record sur record en France, propulsés par un double effet : des tensions géopolitiques au Moyen-Orient, qui maintiennent les cours du pétrole brut à des niveaux très élevés ; et un affaiblissement de l'euro par rapport au dollar, qui amplifie le coût de l'or noir une fois sa valeur convertie dans la monnaie unique.

Cette flambée des prix des carburants a suscité de nombreuses réactions et propositions de la part des candidats à l'élection présidentielle. Le socialiste François Hollande veut bloquer temporairement les prix de l'essence, une mesure qui, pour le président Nicolas Sarkozy, relève du "populisme" et de la "démagogie".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.