Chute de la bourse : "C'est le début du retour à la réalité"

La bourse de Paris a clôturé en net repli ce mardi 6 février. C'est le plus fort recul depuis le Brexit en juin 2016. Mais pas de quoi s'inquiéter, assure François Lenglet, spécialiste de l'économie, en direct de Washington.

Cette vidéo n'est plus disponible

La bourse de paris a clôturé à -2,3 % ce mardi 6 février. La place financière parisienne est en net repli, comme Londres et Francfort. Pour François Lenglet, journaliste à France 2 en direct de Washington, c'est "un avertissement qui sonne la fin d'une période extravagante de prospérité incroyable". Aux États-Unis, la bourse a pris plus de 40 % depuis 15 mois et l'élection de Donald Trump. "C'est aussi la fin de ce que les économistes appellent ici la 'goldilocks economy', 'l'économie Boucle d'or', du nom de ce conte pour enfants avec une petite fille qui goûte une soupe ni trop chaude, ni trop froide", explique François Lenglet.

Des risques inconsidérés

"L'économie américaine était un peu comme la soupe de Boucle d'or, à la température idéale pour permettre la croissance régulière des profits des grandes entreprises américaines. Et ça, la bourse adore. Le problème, c'est que ces périodes de prospérité ne durent jamais. Les boursiers sont un peu comme de grands enfants : dès qu'ils n'ont plus peur, ils prennent des risques inconsidérés et provoquent ce qu'ils redoutent le plus : la correction. De ce point de vue, ce qui a commencé hier est peut-être bienvenu, c'est le début du retour à la réalité", conclut le journaliste. 



Le JT
Les autres sujets du JT
La bourse de Pékin (Chine), le 6 février 2018.
La bourse de Pékin (Chine), le 6 février 2018. (AFP)