Uber : une décision de justice pourrait bouleverser le statut des chauffeurs

La Cour de cassation a estimé qu'un ancien chauffeur Uber aurait dû être salarié de l'entreprise et non auto-entrepreneur. Cette décision pourrait bouleverser le fonctionnement du secteur.

France 2

C'est une première en France. Mercredi 4 mars, la Cour de cassation a estimé qu'un ancien chauffeur Uber était en réalité un salarié et non un auto-entrepreneur. Ce jugement pourrait obliger l'entreprise à embaucher les conducteurs qui le souhaitent. "On pourrait bénéficier de la Sécu, des congés", énumère un chauffeur. Pour la Cour de cassation, il existe un lien de subordination entre la société Uber et un chauffeur. Car c'est via l'application que les conducteurs constituent leur clientèle, appliquent leurs tarifs et délivrent leurs prestations.

Des chauffeurs ont déjà demandé la requalification de leur statut

Uber regrette cette décision et estime que tous les conducteurs ne souhaitent pas devenir salariés. À l'étranger, d'autres décisions similaires ont déjà été rendues, obligeant l'entreprise à modifier sa relation avec les chauffeurs. Des salariés français ont déjà demandé la requalification de leur statut.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Cour de cassation a estimé qu\'un ancien chauffeur Uber aurait dû être salarié de l\'entreprise et non auto-entrepreneur. Cette décision pourrait bouleverser le fonctionnement du secteur.
La Cour de cassation a estimé qu'un ancien chauffeur Uber aurait dû être salarié de l'entreprise et non auto-entrepreneur. Cette décision pourrait bouleverser le fonctionnement du secteur. (France 2)