PSA-Opel : le beau mariage

PSA va racheter Opel. Le constructeur français, au bord de la faillite il y a quelques années, devient le second constructeur européen.

FRANCE 2

C'est l'acte de naissance du second constructeur automobile européen : en rachetant Opel pour 1,3 milliard d'euros, PSA va désormais produire 4,3 millions de véhicules tous les ans. Il ne comptera plus dix usines de montage en Europe, mais seize. Et le groupe va passer de 172 000 salariés à 210 000.

"Un champion automobile européen"

Le PDG Carlos Tavares ne cache pas ses ambitions. "Ceci permettra de construire un PSA qui est un champion automobile européen, plus fort, plus rentable et donc plus pérenne dans le meilleur intérêt de nos salariés", affirme l'intéressé. Mais en rachetant Opel, PSA ne va-t-il pas devoir tailler dans ses effectifs pour rester compétitif ? Certains syndicats sont inquiets. PSA s'est engagé à ne pas réduire les effectifs jusqu'à fin 2018. Le mariage avec Opel est lui salué par les investisseurs.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Tavares, président de PSA, le 23 février 2016, à Paris.
Carlos Tavares, président de PSA, le 23 février 2016, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)