Cet article date de plus de deux ans.

Nord : à Mouvaux, la police démantèle un garage clandestin qui remontait des pièces détachées issues de voitures volées

Le garage était surveillé depuis plusieurs jours par la police. Deux suspects ont été interpellés.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les voitures volées étaient démantelées puis les pièces étaient réassemblées sur d'autres véhicules. (photo d'illustration) (SIMON DAVAL / MAXPPP)

La police de Tourcoing a interpellé mardi 4 septembre le gérant d'un garage automobile clandestin de Mouvaux, ainsi que son frère. Dans l'établissement, ils ont découvert des pièces détachées provenant d'une douzaine de véhicules volés récemment dans la métropole lilloise. Le préjudice dépasse les 200 000 euros.

Ce garage était surveillé depuis plusieurs jours par la police, qui disposait d'éléments laissant à penser qu'il s'agissait d'un établissement clandestin, un phénomène fréquent près de la frontière belge. En apparence, le garage ressemble à un vrai garage, avec son enseigne, mais il est toujours fermé au public, et réservé aux seuls initiés.

Un moyen de "revendre" discrètement les voitures volées

Mardi, les policiers interpellent un premier suspect, qui venait se fournir en pièces détachées dans un conteneur situé sur le parking de l'établissement. L'homme, qui est en fait le frère du gérant, conduit les policiers à l'intérieur du garage. Ils y découvrent des pièces détachées - capots, tableaux de bord, calandres, etc. - provenant de onze voitures différentes, toutes volées récemment dans la métropole lilloise.

Les pièces proviennent de modèles haut de gamme (Audi, BMW), mais aussi de véhicules plus courants (Renault Clio, Peugeot 208 et 308) et sont remontées en toute discrétion sur d'autres véhicules. Un moyen de "revendre" les voitures volées sans attirer l'attention.

Placé en garde à vue, le gérant du garage, âgé de 26 ans, a reconnu procéder au remontage de ces pièces volées sur d'autres véhicules. Il a mis hors de cause son frère, indiquant qu'il ne savait pas qu'il travaillait avec des pièces volées. Ce dernier ne sera pas poursuivi par la justice, faute d'éléments suffisants. Le gérant sera quant à lui jugé le 29 novembre par le tribunal correctionnel de Lille.

Un trafic très fréquent à la frontière belge

Les policiers de Tourcoing mènent chaque semaine des opérations de contrôle dans des garages clandestins, très fréquents le long de la frontière belge qui "facilite les trafics et la délinquance", explique à franceinfo une source policière. "Trois contrôles sur quatre mènent à des suites judiciaires, soit pour travail dissimulé, soit pour recel de pièces volées", précise cette même source. Mais c'est la première fois que les policiers trouvent autant de pièces détachées dans un même garage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.