L'augmentation du prix de l'essence est-elle de "9 centimes" en un an pour un coût moyen de 80 euros par Français, comme le dit Jean Castex ?

Le Premier ministre, invité de TF1 jeudi 21 octobre, a annoncé une prime de 100 euros pour 38 millions de personnes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jean Castex au JT de TF1 jeudi 21 octobre.  (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Dans les prochaines semaines, 38 millions de Français vont recevoir un chèque de 100 euros. L'"indemnité inflation" doit permettre de répondre aux inquiétudes sur la flambée des carburants et le pouvoir d'achat. Pour justifier cette prime, Jean Castex a déclaré au JT de 20h de TF1 jeudi 21 octobre : "Si je regarde sur l'année : +9 centimes par litre à la pompe. Nos concitoyens font 14 000 kilomètres par an en moyenne. Il y en a qui font plus, d'autres qui font moins, mais on est obligé de parler en moyenne. Donc, vous voyez, ça fait un supplément sur l'année de 80 euros sur notre facture d'essence à devoir payer." Sauf que la déclaration du Premier ministre est très imprécise. 

Une hausse de 30 centimes en un an 

La hausse de 9 centimes dont parle Jean Castex vaut pour les dernières semaines, et les derniers mois mais pas pour l'année entière, d'après les chiffres du ministère de la Transition écologique. Sur un an, depuis octobre 2020, la hausse est plutôt de 30 à 35 centimes. Par exemple, le gazole est passé de 1,21 euros il y a un an à 1,56 euro cette semaine. Un record pour le diesel. On constate la même tendance pour le sans plomb 95 passé de 1,31 à 1,63 euros. Jean Castex n'évoque pas non plus la hausse depuis le 1er janvier, car là aussi les 9 centimes ne collent pas, puisqu'on est plus proche de 29 centimes d''augmentation, tout carburant confondus. 

Matignon, contacté par franceinfo, explique que Jean Castex voulait évoqué une hausse de 9 centimes par rapport à une année "normale". La hausse de 9 centimes, poursuit Matignon, correspond à l'augmentation des prix à la pompe par rapport à la moyenne de 2018 et 2019. Les prix ayant beaucoup évolué en 2020 et durant une partie de 2021 à cause du Covid et des conséquences des mesures sanitaires à l'échelle mondiale. 

Plutôt 200 euros de surcoût 

Étant donné que Jean Castex se base sur une hausse de 9 centimes inexact, franceinfo a refait le calcul en prenant en compte, une hausse de l'ordre de 30 centimes. Pour être le plus précis possible, nous avons pris la consommation moyenne d'une voiture diesel soit 6 litres au 100 kilomètres d'après le Comité des constructeurs français d'automobiles. Si on se base sur une moyenne de 14 000 kilomètres par an, comme le dit le Premier ministre, le surcoût lié aux hausses du carburant depuis le début de l'année s'approche plutôt des 200 euros que des 80. 

D'ailleurs, Jean Castex est aussi imprécis sur les 14 000 kilomètres parcourus en moyenne par les Français. D'après le dernier bilan de la circulation dans les transports publié par le ministère de la transition écologique, un particulier roule en moyenne 12 200 kilomètres par an. Le chiffre 14 000 correspond aux utilitaires légers. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Hausse des prix des carburants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.