Blocage des dépôts pétroliers : des stations-service ouvertes aux services d’urgence

Les blocages de dépôts pétroliers se poursuivent dans le Grand Ouest. Le mouvement est-il en train de se durcir ? Certaines stations-service restent ouvertes pour les services d’urgences.

Dans une station d’essence du Finistère, seuls les services d’urgences peuvent se ravitailler. Dans la file d’attente est présent un responsable de l’Établissement français du sang, chargé de la collecte et de la distribution des produits sanguins dans les établissements médicaux du département. "On a absolument besoin de carburant. Sinon, on est à l’arrêt, et à l’arrêt, cela veut dire que les cliniques et les hôpitaux en pâtissent. Je suis presque à 0, il me faut absolument de l’essence", explique le responsable. Il n’est pas le seul pour qui l'essence est vitale.

Les cuves de gasoil déjà vides

Les professionnels de santé sont soulagés de pouvoir assurer leur journée de travail. "C’est vital, parce que là je travaille au bloc opératoire donc je n’ai pas le choix. Il faut que je sois en poste aujourd’hui, je ne peux pas dire que je ne viens pas à cause du manque de carburant", explique une professionnelle de santé. S’il reste encore de l’essence dans cette station, les cuves de gasoil sont déjà vides. D’autres médecins vont donc reporter leur plein à la prochaine livraison de gasoil.

Le JT
Les autres sujets du JT
(STEPHAN AGOSTINI / AFP)