Scandale du "Dieselgate" : l'ancien patron d'Audi condamné à 21 mois de prison avec sursis par la justice allemande

Rupert Stadler est le premier dirigeant du groupe Volkswagen à être condamné à une sanction pénale dans le scandale des moteurs diesels truqués.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Rupert Stadler, ancien PDG du groupe Audi, arrive à une audience au tribunal de Munich (Allemagne), le 27 juin 2023. (PETER KNEFFEL / DPA / AFP)

L'ancien PDG d'Audi, Rupert Stadler, a été condamné mardi 27 juin à 21 mois de prison avec sursis par un tribunal allemand dans l'affaire du "Dieselgate". Il a également écopé d'une amende de 1,1 million d'euros. Il est le premier dirigeant du groupe Volkswagen à être condamné à une sanction pénale dans le scandale des moteurs diesels truqués.

Patron d'Audi entre 2007 et 2018, Rupert Stadler était accusé d'avoir eu connaissance de l'installation de logiciels illégaux sur des véhicules pour les faire apparaître comme moins polluants, sans être intervenu pour y mettre fin. Il avait contesté les faits reprochés depuis le début de l'enquête et tout au long des audiences, qui ont débuté en septembre 2020 à Munich. Mais il avait finalement accepté en mai dernier de reconnaître sa culpabilité, sur proposition du tribunal, afin de bénéficier d'une peine moins lourde que les dix ans de prison encourus.

Le "Dieselgate", qui concerne 11 millions de véhicules de Volkswagen et de ses filiales, a provoqué un scandale mondial et lourdement entaché la réputation de l'industrie automobile allemande. Les deux coaccusés de Rupert Stadler, son ancien bras droit ainsi qu'un ancien directeur chez Audi et Porsche, ont reconnu avoir manipulé des moteurs de véhicules pour que les valeurs légales de gaz d'échappement soient respectées lors d'essais sur un pont, mais pas sur la route. Le premier a été condamné mardi à 21 mois de prison avec sursis assortis d'une amende de 50 000 euros et le second à deux ans de prison avec sursis assortis d'une amende de 400 000 euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.