Un avocat japonais de Carlos Ghosn se dit compréhensif, après s'être senti "trahi"

"La colère a cédé la place à autre chose, quand je me suis rappelé comment il était traité par le système judiciaire du pays", a expliqué Takashi Takano sur son blog, au sujet de la fuite de l'ancien patron de Renault et Nissan.

Takashi Takano, l\'un des avocats de Carlos Ghosn, lors d\'une interview, le 21 mai 2019, à Tokyo au Japon.
Takashi Takano, l'un des avocats de Carlos Ghosn, lors d'une interview, le 21 mai 2019, à Tokyo au Japon. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Un avocat japonais de Carlos Ghosn a confié, samedi 4 janvier, s'être d'abord senti "trahi", en apprenant la fuite de son client au Liban. Puis il a déclaré comprendre son geste, provoqué selon lui par la sévérité du système judiciaire nippon. "J'ai d'abord été en proie à une forte colère", a écrit Takashi Takano sur son blog, assurant qu'il n'avait rien su des plans de fuite de son client. "Mais la colère a cédé la place à autre chose, quand je me suis rappelé comment il était traité par le système judiciaire du pays", a-t-il ajouté.

"Je peux facilement imaginer que si d'autres personnes avec des moyens financiers, des relations et la capacité d'agir vivaient la même expérience, elles feraient la même chose ou du moins l'envisageraient." Ancien patron de Renault et Nissan, Carlos Ghosn a fui dimanche dernier le Japon, où il était en liberté sous caution, après 130 jours de prison, dans l'attente de son procès pour diverses malversations financières présumées.

Depuis fin avril 2019, le Franco-libano-brésilien vivait en résidence surveillée à Tokyo, dont il pouvait toutefois s'absenter pour trois jours maximum sans autorisation spéciale de la justice. Il lui était en revanche formellement interdit de quitter le pays.