Renault-Nissan : Carlos Ghosn restera en détention provisoire

C'est le deuxième jour de garde à vue à Tokyo (Japon) pour Carlos Ghosn, le PDG de Renault. Il va rester en détention provisoire au moins dix jours et son interrogatoire peut durer jusqu'à trois semaines.

France 2

Une gouvernance intérimaire a été mise en place à Renault pour pallier l'absence de Carlos Ghosn en France. Au Japon, "ce qui domine à Tokyo,c'est un sentiment de consternation et d'indignation après les révélations des délits présumés et reprochés à ce trop puissant patron étranger qui était là depuis trop longtemps, près de vingt ans, et qui cumulait trop de pouvoir au sein de ce fleuron automobile japonais", explique le correspondant de France 2 Arnauld Miguet. Le fait que Carlos Ghosn ait redressé Nissan est oublié, c'est une vieille histoire, pour le PDG de la firme c'est une honte nationale, il s'en est même excusé.

"Un justiciable comme les autres"

"Même le gouvernement japonais est monté au créneau disant que la situation était tout à fait regrettable. Les employés de Nissan gardent eux la tête basse et les Japonais se demandent désormais s'ils ne vont pas plutôt acheter une Toyota plutôt qu'une Nissan", indique Arnauld Miguet. Selon le journaliste, Carlos Ghosn "est tombé de son piédestal, il est considéré aujourd'hui comme un justiciable comme les autres détenu comme les autres : trois bols de riz par jour, un peu d'eau chaude et un futon dans sa cellule, à même le sol", conclut Arnauld Miguet.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gens passent devant un écran géant qui diffuse des images de Carlos Ghosn, patron de Renault-Nissan-Mitsubishi, à Tokto (Japon), le 20 novembre 2018.
Des gens passent devant un écran géant qui diffuse des images de Carlos Ghosn, patron de Renault-Nissan-Mitsubishi, à Tokto (Japon), le 20 novembre 2018. (TOSHIFUMI KITAMURA / AFP)