Dépenses suspectes de Carlos Ghosn : "Il y aura plainte", assure le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire

"L'Etat déposera tous ces éléments à la justice et il y aura une plainte. Elle sera instruite et la justice tranchera", a affirmé Bruno Le Maire.

Carlos Ghosn à Tokyo, le 12 mars 2019.
Carlos Ghosn à Tokyo, le 12 mars 2019. (SHUHEI YOKOYAMA / YOMIURI / AFP)

L'Etat veut une enquête. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré, mercredi 5 juin, qu'une plainte serait déposée par le groupe Renault, dont l'Etat détient 15%, concernant les 11 millions d'euros de dépenses suspectes engagées par son ancien PDG Carlos Ghosn

"L'Etat déposera tous ces éléments à la justice et il y aura une plainte. Elle sera instruite et la justice tranchera", a affirmé Bruno Le Maire, interrogé sur BFMTV et RMC. "Quand l'Etat est actionnaire de référence d'une entreprise (...), eh bien son rôle est de s'assurer que sa gouvernance fonctionne bien", a-t-il déclaré.

Une enquête préliminaire a déjà été ouverte après une plainte visant l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer pour des contrats avec la filiale néerlandaise de l'alliance Renault-Nissan, a-t-on appris mardi auprès du parquet national financier (PNF), confirmant une information de l'hedomadaire Marianne. Cette enquête a été ouverte le 31 mai, a indiqué le PNF, sans plus de détails. Elle a été confiée à l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff).