Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan, dans la tourmente au Japon

Carlos Ghosn, le patron de Renault-Nissan-Mitsubishi, a été arrêté lundi 19 novembre au Japon. Il est accusé d'avoir sous-évalué ses revenus.

France 3

Au pied du bureau du procureur à Tokyo (Japon), les télévisions japonaises sont dans l'attente des derniers détails de l'affaire lundi 19 novembre. Carlos Ghosn, le patron de l'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi, est soupçonné d'avoir dissimulé une partie de ses revenus au fisc japonais, soit plus de 38 millions d'euros. Il est également soupçonné d'avoir utilisé des biens de l'entreprise à des fins personnelles. C'est Nissan qui porte ces accusations au terme d'une enquête interne et son PDG ne mâche pas ses mots.

Renault déstabilisé

Pourtant, en vingt ans chez Renault, Carlos Ghosn s'est forgé l'image d'un capitaine d'industrie redoutable et respecté. Au début des années 2000, il redresse le Japonais Nissan puis il parvient à faire de l'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi le premier constructeur automobile mondial. En France, la fébrilité est perceptible chez Renault.
Les salariés français s'inquiètent. Lundi après-midi, le président de la République s'est voulu rassurant. Avec la chute du franco-libano-brésilien Carlos Ghosn, l'un des patrons les mieux payés au monde, le groupe semble déstabiliser ce soir. L’action en Bourse de Renault a chuté de plus de 8%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Carlos Ghosn, le PDG de Renault, participe à la présentation des résultats du groupe, le 10 février 2016, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Carlos Ghosn, le PDG de Renault, participe à la présentation des résultats du groupe, le 10 février 2016, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). (ERIC PIERMONT / AFP)