"Ça ne s'improvise pas" : explique un spécialiste de la sécurité des entreprises sur l'opération d'exfiltration de Carlos Ghosn

L’opération d’exfiltration de Carlos Ghosn du Japon au Liban a été menée par "une équipe assez bien rodée" pour Fabien Tabarly, un officier français reconverti au Liban dans le Conseil en sécurité aux entreprises.

Carlos Ghosn et son épouse, Carole Ghosn, à leur arrivée à Tokyo au Japon, le 3 avril 2019. Illustration.
Carlos Ghosn et son épouse, Carole Ghosn, à leur arrivée à Tokyo au Japon, le 3 avril 2019. Illustration. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

Carlos Ghosn, le patron déchu de l’alliance Renault-Nissan-Mistsubishi, a fêté le nouvel An à Beyrouth, au Liban, après s’être échappé lundi 30 décembre du Japon où il était assigné à résidence. Une exfiltration professionnelle, selon l’entourage de Carlos Ghosn, ce que confirme Fabien Tabarly, un officier français reconverti au Liban dans le conseil en sécurité aux entreprises : "Cela a été monté par une équipe assez bien rodée à ce type d’opération. Des gens qui ont déjà travaillé dans des services ou des unités qui ont l’habitude de faire ça. Clairement, ça ne s’improvise pas."

>>> Quatre questions qui se posent après la fuite de Carlos Ghosn au Liban

Le secret est la clef d’une telle opération, selon cet ancien militaire. Seulement un cercle ultra restreint a dû être mis dans la confidence, avec beaucoup de coordination et de préparation avant l’exécution. "Évidemment que les équipes étaient là-bas bien en amont, explique Fabien Tabarly. Parce qu’il y a énormément de repérage à faire, des contacts à prendre et des essais à réaliser. Une organisation de tout le déroulement de l’opération qui a été exécutée parfaitement."  

Je suis convaincu que la société ou l’équipe qui a mené cette opération n’est pas une équipe libanaise.Fabien Tabarly, conseiller en sécurité auprès d'entreprises au Libanà franceinfo 

Tellement "parfaitement" que ce spécialiste s’interroge sur la société privée qui a mis en place cette évasion, comme l’ont confié des proches de Carlos Ghosn. "À ma connaissance, il n’y a pas au Liban de compagnie de sécurité qui serait capable de réaliser une telle opération", souligne l'expert en sécurité aux entreprises pour qui, même si les sociétés de sécurité libanaises  "ont une grande expérience des conflits", cette fois, c’est vraiment de l’horlogerie."