Affaire Carlos Ghosn : Nissan réclame 83 millions d'euros de dommages et intérêts à son ancien patron

Cette plainte vise à récupérer une "partie significative" des dommages causés selon Nissan par son ancien patron durant des années de "mauvaise conduite et d'activités frauduleuses" de sa part.

Carlos Ghosn lors d\'une interview avec des médias japonais à Beyrouth, au Liban, le 10 janvier 2020.
Carlos Ghosn lors d'une interview avec des médias japonais à Beyrouth, au Liban, le 10 janvier 2020. (POOL FOR YOMIURI / YOMIURI / AFP)

Même après sa fuite au Liban, Carlos Ghosn n'en a pas fini avec les ennuis. Nissan a porté plainte, mercredi 12 février, devant un tribunal civil au Japon pour réclamer 10 milliards de yens (environ 83 millions d'euros) de dommages et intérêts à son ancien patron Carlos Ghosn, qui poursuit lui-même le constructeur automobile pour rupture abusive de son contrat.

Le groupe japonais explique dans un communiqué que cette plainte vise à récupérer une "partie significative" des dommages causés selon lui par son ancien patron durant des années de "mauvaise conduite et d'activités frauduleuses" de sa part.

Nissan dénonce des "pratiques corrompues"

Ces dommages-intérêts doivent compenser des dépenses que Nissan dit avoir subies à cause des "pratiques corrompues" de son ancien patron, comme, notamment, son usage de résidences à l'étranger sans payer de loyer ou son utilisation à des fins privées de jets aux frais de l'entreprise, selon le groupe. Ce montant englobe aussi les coûts de la vaste enquête interne de Nissan à l'encontre de Carlos Ghosn, ainsi que les frais de procédures du groupe dans ce dossier au Japon, aux Etats-Unis ou encore aux Pays-Bas.

Soupçonné de malversations financières diverses, Carlos Ghosn s'est enfui au Liban fin décembre, alors qu'il avait été libéré sous caution en avril 2019 et préparait son procès au Japon, dont la première phase devait en théorie commencer en avril. Il a en outre entamé en juillet une procédure en justice contre Nissan et Mitsubishi, jugeant son éviction illégale.