Automobile : embellie sur les ventes en janvier, le diesel en berne

Le marché automobile des voitures neuves en France a débuté l’année 2015 sur une hausse de près de 6% par rapport à janvier 2014. Les marques étrangères en profitent largement à l'inverse des constructeurs français. Mais le fait marquant est la perte de terrain des véhicules diesel.

(Le champion toutes catégories de la croissance en janvier est le spécialiste allemand du luxe Mercedes (avec Smart), à +58,1% © Maxppp)

L'année 2015 démarre bien pour le secteur automobile. Les ventes de voitures neuves en France ont progressé en janvier 2015 de près de 6% par rapport au même mois de l'an passé, a annoncé lundi le comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Au total, 132.824 voitures particulières ont été immatriculées en France le mois dernier.

La progression profite surtout aux marques étrangères qui enregistrent 14,5% de hausse globale, avec dans le détail + 26,6% chez Nissan, +10,4% chez Toyota, + 18,2% à Ford, +9,7% chez Fiat et +6,8% pour Volkswagen. Seul l’Américain Generale Motors est en repli de 7,7% quand même. En haut du podium, la Smart de Mercedes progresse de +58,1% le mois dernier.

Les automobilistes se détournent du diesel

Même si elles représentent toujours la plus grosse part du marché français, les marques françaises restent en retrait de cette progression et connaissent des fortunes diverses. Peugeot-Citroën voit ses immatriculations augmenter, portées par la progression de Peugeot (+10,6%) qui compense la perte de vitesse de Citroën, en recul de 4,6%.  Les ventes du groupe Renault elles s’effritent à -3%.

Mais le fait marquant est la perte de terrain des véhicules diesel. Alors qu'ils représentaient 73% des ventes il y encore trois, leur part n'a cessé de chuter depuis, à 67% des ventes en 2013, puis 64% en 2014, pour finir sous la barre des 60% en janvier 2015 (59%) selon les statistiques du comité des constructeurs français d'automobiles. 

Comment expliquer la perte de vitesse du diesel ? Eléments de réponse avec Florent Guyotat, du service économie de France info.
--'--
--'--

(© Idee)