Laval : traité d'"esclave" par une cliente, un livreur Uber Eats porte plainte

Le livreur a porté plainte pour "injure non publique en raison de l'origine". 

Article rédigé par
Avec France Bleu Mayenne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un sac d'un livreur Uber Eats. (Illustation).  (MICHAEL DESPREZ / MAXPPP)

"Dépêche-toi esclave" : c'est le message qu'un livreur Uber Eats accuse une cliente de la plateforme de lui avoir envoyé alors qu'il s'apprêtait à lui livrer sa commande à Laval, rapporte jeudi 20 mai France Bleu Mayenne.

"Elle sait que je suis noir"

Les faits se sont déroulés vendredi 14 mai vers 20h. Yaya, un livreur originaire de Guinée-Conakry, se dit sous le choc après avoir lu ce message raciste. "Elle sait que je suis de peau noire", a-t-il confié à France Bleu Mayenne. "Une fois qu'on a accepté une commande, le client voit notre photo directement sur l'écran. Nous, on voit seulement son nom et son numéro de téléphone : on ne voit pas son visage", précise le livreur d'Uber Eats. 

Le livreur de 34 ans est "blessé moralement", il a porté plainte pour "injure non publique en raison de l'origine" au commissariat de Laval. Ce soir-là, Yaya a décidé de ne pas livrer la commande. "Je ne pouvais pas lui remettre sa commande parce que ces insultes, c'est insupportable. Une fois arrivé là-bas, on peut se bagarrer", a-t-il expliqué. Yaya a donc appelé la plateforme Uber Eats ce soir-là qui a annulé la commande de la cliente. Près d'une semaine après les faits, la colère de Yaya ne retombe pas, ni le choc. "Je n'arrive pas à dormir comme il faut, j'imagine tout le temps (les mots de la cliente)."

La plateforme soutient le livreur 

Uber Eats précise de son côté que le nécessaire sera fait pour suspendre le compte de la cliente. La plateforme indique également qu'elle accompagne ses livreurs dans leurs démarches pour porter plainte. "Nous coopérons également avec les forces de l’ordre compétentes lorsqu'un partage d’informations est requis", affirme Uber Eats.

"Nous réitérons avec force qu’Uber Eats ne saurait tolérer aucune discrimination envers les livreurs, restaurants et les clients, que cela soit en raison de leur origine, de leur religion, de leur handicap, de leur orientation ou identité sexuelle, de leur situation familiale, de leur âge ou tout autre facteur de discrimination", a indiqué l'entreprise dans un communiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Auto-entrepreneurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.