Des livreurs Deliveroo menacent de faire grève si leurs tarifs baissent

D'après eux, l'entreprise britannique les oblige à accepter les courses longues, moins rentables, leur faisant perdre jusqu'à 50% de leur rémunération.

Les coursiers Deliveroo réclament le retour du tarif minimum, supprimé par la nouvelle grille tarifaire (illustration). 
Les coursiers Deliveroo réclament le retour du tarif minimum, supprimé par la nouvelle grille tarifaire (illustration).  (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

La gronde des coursiers à vélo continue. Des livreurs de Deliveroo bloquent depuis plusieurs jours les livraisons de la plateforme en régions et selon le Collectif des livreurs autonomes de Paris, vendredi 2 août, une grève nationale est en préparation. A Nice, Toulouse, Tours ou encore Besançon, des mouvements ponctuels de grève et de blocage de restaurants ont déjà eu lieu cette semaine pour protester contre la décision de l'entreprise britannique de baisser les tarifs des courses les plus courtes et d'augmenter celui des courses longues. Ces dernières sont souvent délaissées par les livreurs, car peu rentables.

Deliveroo défend sa nouvelle grille tarifaire, qui offrirait "une meilleure tarification, plus juste". Côté livreurs, on estime qu'elle vise à "obliger les livreurs à prendre les courses longues", entraînant de fait une baisse de rémunération de 30 à 50% pour les livreurs.

Avec 10 000 restaurants partenaires dans 200 villes, le marché français est le deuxième pour Deliveroo, après le marché britannique. Le développement à grande vitesse du secteur de la livraison de repas s'accompagne de nombreuses critiques sur la précarité des emplois et les conditions de travail des livreurs.