Appel à une grève illimitée dans les urgences à partir du 22 décembre

L'Association des médecins urgentistes de France (AMUF) appelle à une grève illimitée dans les services d'urgences à partir du 22 décembre. La veille d'un autre appel à la grève dans les cabinets médicaux.

(L'AMUF et la CGT appellent à une grève illimitée dans les services d'urgences à partir du 22/12 © MaxPPP)

C'est un mouvement qui en cache un autre. Quelques jours après l'appel à la grève lancé dans les cabinets médicaux par les syndicats de médecins généralistes, l'Association des Médecins Urgentistes de France (AMUF) et la CGT ont annoncé ce jeudi matin qu'ils avaient déposé un préavis de grève dans les services d'urgence des hôpitaux, à partir du 22 décembre.  Les deux syndicats entendent notamment réclamer une revalorisation des gardes.

Patrick Pelloux, l'un des responsables de l'AMUF explique : "Les médecins universitaires et chefs de clinique gagnent 200 euros de plus par garde que les praticiens." Par ailleurs, selon lui, "les médecins libéraux ont, eux, obtenu la défiscalisation d'une partie ou l'intégralité de leur rémunération quand ils font de la permanence des soins". Une situation qui excède l'Amuf.  Autre cheval de bataille des syndicats : le temps de travail. "Ce qu'on demande, c'est que notre temps de travail soit limité à 48h, qu'entre 39h et 48h, il y ait une valorisation" précise Christophe Prudhomme, le porte-parole de l'Amuf. 

Un mouvement qui fait écho à celui des médecins libéraux 

L'appel à la grève ches les urgentistes est lancé quelques semaines après celui de quatre syndicats de médecins généralistes. Eux sont appelés à fermer leurs cabinets entre le 23 et le 31 décembre et à ne pas assurer les gardes. Pour éviter que les patients ne soient lésés, l'Amuf indique avoir demandé "au gouvernement de prendre ses responsabilités." Comprenez par là, il faut envisager des réquisitions de médecins libéraux pour les gardes, "pour éviter des dysfonctionnements à l'hôpital avec un afflux supplémentaire de patients" souligne Christophe Prudhomme.  

Les urgentistes doivent être reçus dans les prochains jours par la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Sur RTL, ce jeudi matin, elle a d'ailleurs confirmé que "la discussion était en cours" avec les praticiens.