Cet article date de plus de neuf ans.

Allocations familiales : 68% des Français favorables à une condition de ressources

Selon un sondage, une majorité de Français se dit favorable à une baisse des allocations familiales pour les ménages gagnant plus de 5 000 ou 6 000 euros par mois.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Parmi les préconisations du rapport Fragonard, celle de réduire jusqu'à 75% les allocations des familles les plus aisées. (ANNA MOLLER / GETTY IMAGES)

Plus une famille est aisée, moins elle devrait toucher d'allocations. Les deux tiers des Français sont d'accord avec ce principe,  selon un sondage Viavoice pour Les Echos, France Info et BCPE. D'après cette étude, 68% des Français se disent favorables à une baisse des allocations familiales pour les ménages gagnant plus de 5 000 ou 6 000 euros par mois.

A la mi-avril, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait expliqué qu'avec le projet gouvernemental à venir"autour de 15% des gens" ayant les plus hauts revenus seraient "concernés" par une baisse de ces prestations. Le gouvernement doit annoncer prochainement des économies pour la branche famille afin de la faire revenir à l'équilibre en 2016. Son besoin de financement est estimé à  2,2 milliards d'euros.

Un argument de "justice sociale"

Les allocations familiales sont actuellement versées à tous les foyers à partir de deux enfants sans condition. Pourtant, "il est normal que les ménages les moins en difficulté contribuent davantage en période de crise", estiment une majorité des Français interrogés dans cette étude. A l'inverse, "25% y sont opposés au nom de l'égalité et de l'universalité des allocations." Enfin, 7% des personnes interrogées ne se prononcent pas. 

"L'argument de la justice sociale apparaît aujourd'hui primordial en matière de réforme des dépenses publiques, et les sacrifices, pour une majorité de Français, doivent d'abord venir des plus aisés", commentent les experts de Viavoice, dans le journal économique. 

 

Sondage réalisé du 21 au 24 mai auprès de 999 personnes, selon la méthode des quotas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.