Indonésie : course contre la montre pour retrouver les restes du Boeing disparu

Un robot sous-marin a été mis en service ainsi que des sonars pour aider les plongeurs. Les autorités avaient annoncé dimanche avoir localisé les boîtes noires, mais celles-ci n'ont toujours pas été retrouvées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des plongeurs se rendent sur le site du crash au large des côtes de Jakarta (Indonésie), le 12 janvier 2021. (AZWAR IPANK / AFP)

Le temps joue contre eux. Après l'identification d'une première victimes du crash d'un Boeing au large de l'Indonésie, les plongeurs poursuivent, mardi 12 janvier, une course contre la montre pour remonter à la surface les débris de l'avion.

Quelque 3 600 personnes sont mobilisées pour repêcher au plus vite des restes des 62 personnes qui étaient à bord, ainsi que des pièces de l'avion et les enregistreurs de vol ou boîtes noires qui pourraient permettre de comprendre les causes de l'accident survenu au large de Jakarta samedi. Un robot sous-marin a été mis en service ainsi que des sonars pour aider les plongeurs. Les autorités avaient annoncé dimanche avoir localisé ces boîtes noires, mais celles-ci n'ont toujours pas été retrouvées.

La boue complique les recherches

Le Boeing 737-500 de Sriwijaya Air a chuté brutalement de quelque 10 000 pieds (3 000 mètres) en moins d'une minute et a plongé dans la mer de Java. Les autorités n'ont pas donné d'indice sur ce qui a pu provoquer l'accident de cet appareil âgé de 26 ans quelques minutes après le décollage.

Des images diffusées par la marine montrent des plongeurs en train de nager au milieu des débris, avec des dizaines de bateaux présents sur la zone et des hélicoptères.

Mais les boîtes noires pourraient être dissimulées sous la boue ou sous des morceaux de fuselage. La profondeur est relativement faible (23 mètres), mais cette région des "mille îles" est traversée de courants importants qui compliquent la tâhce. Les plongeurs "doivent surmonter la boue et le manque de visibilité", a souligné le porte-parole des secours indonésiens.

Une première victime identifiée

Plusieurs dizaines de sacs ont été remplis de restes humains recueillis dans la mer et ont été transférés à un hôpital de la police où les enquêteurs s'efforcent de les identifier.

La police a confirmé l'identification d'une première victime, Okky Bisma, un steward de 29 ans, grâce à l'empreinte digitale d'une de ses mains remontée à la surface. Les proches des victimes sont sollicités pour donner des extraits d'ADN destinés à l'identification.

Selon des spécialistes de l'aviation, les données de vol indiquent que l'appareil a fortement dévié de sa trajectoire prévue, avant de chuter brutalement. Ils soulignent que l'enquête sur les causes de l'accident pourrait prendre plusieurs mois.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.