Aéronautique : la colère des employés de Derichebourg à Toulouse

Le secteur aéronautique est en grande difficulté. Un plan de relance de 15 milliards d’euros a, certes, été annoncé cette semaine, mais au-delà d’Airbus, la crise entraîne de grandes difficultés pour les sous-traitants.

France 2

Vendredi 12 juin, les salariés de Derichebourg, à Toulouse (Haute-Garonne), ont exprimé leur colère. La signature d’un accord de performance collective les prive notamment de leur prime de repas et transports. "D’un salaire de 1 900 euros nets, je vais passer à un salaire de 1 500 euros nets", se désole un manifestant. "Ils anticipent la crise, mais c’est nous qui allons payer les pots cassés", ajoute un autre.

Signer ou partir

En échange, l’entreprise renonce à supprimer 700 emplois. "Le point positif, c’est que ça préserve les emplois. Mais les conditions vont être tellement difficiles pour les salariés, par rapport à la perte de leur pouvoir d’achat, que nombre d’entre eux risquent de refuser de signer l’avenant et donc d’être licenciés pour cause réelle et sérieuse", s’inquiète Arnaud Cassar, délégué syndical CFE-CGC Derichebourg.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secteur aéronautique est en grande difficulté. Un plan de relance de 15 milliards d’euros a, certes, été annoncé cette semaine, mais au-delà d’Airbus, la crise entraîne de grande difficulté pour les sous-traitants.
Le secteur aéronautique est en grande difficulté. Un plan de relance de 15 milliards d’euros a, certes, été annoncé cette semaine, mais au-delà d’Airbus, la crise entraîne de grande difficulté pour les sous-traitants. (France 2)