À Paris, une plateforme de financement participatif pour payer les obsèques d'un proche

La ville de Paris lance mardi "Tontine 2.0", un service de cagnotte en ligne pour les familles qui ont des difficultés à payer les funérailles d'un proche. 

Une tombe fleurie dans le cimetière du Père-Lachaise, le 1er novembre 2015. 
Une tombe fleurie dans le cimetière du Père-Lachaise, le 1er novembre 2015.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

C'est une nouveauté, lancée mardi 1er novembre, jour de la Toussaint, par les services funéraires de la ville de Paris. Il est désormais possible de payer les obsèques d'un proche grâce à une plateforme de financement participatif. Une innovation destinée aux familles pour qui financer des funérailles représente une difficulté.

Une cagnotte pour lever les tabous

Appelée Tontine 2.0, la plateforme s'inspire du modèle des cagnottes en ligne comme Leetchi ou Le Pot commun, qui existaient déjà pour financer des mariages ou des anniversaires. "Dès qu'une famille organise des obsèques, elle bénéficie d'un espace privatif virtuel où a été rajouté un petit bouton qui s'appelle Tontine 2.0. Il permet à la famille de créer une cagnotte en ligne, explique Sandrine Chapelle, la directrice adjointe des services funéraires de la mairie de Paris. Sur cette cagnotte, la famille indique le montant de collecte qu'elle souhaite voir atteindre, et si cette collecte peut servir pour le financement des obsèques ou si elle doit servir pour des dons à des associations." 

La famille peut transmettre la cagnotte par mail à des amis, elle peut aussi la transmettre via les réseaux sociaux.Sandrine Chapelledirectrice adjointe des services funéraires de la mairie de Paris

Des obsèques coûtent en moyenne 4 500 euros, à payer avant l'enterrement. 60% des familles sont contraintes de les financer en effectuant un prélèvement sur le compte du défunt. Sauf qu'il n'y a pas toujours les sommes suffisantes. Dans ces cas, peu de gens osent solliciter leurs proches. Et inversement peu de proches osent proposer leur aider pour financer un enterrement. 

Une nouveauté... qui existait déjà

La création d'une cagnotte virtuelle pourrait permettre de lever un peu ce tabou. Elle peut également être une solution aux problèmes de certaines familles, selon Sandrine Chapelle : "Nous nous sommes inspirés d'une tradition africaine que l'on constate régulièrement. Quand les familles souhaitent organiser des rapatriements dans les pays d'origine, les frais s'avèrent très élevés à cause du fret aérien. Elles organisent donc des collectes pour récupérer des fonds. Pourquoi ne pas s'en inspirer et proposer cette prestation ?"

L'idée d'une cagnotte en ligne pour financer des funérailles n'est pas vraiment nouvelle. Le service existait déjà sous une autre appellation depuis quelque mois, mais proposé par une enseigne privée qui dégageait des bénéfices sur ce service. La ville de Paris, elle, ne se fait aucune de marge.