Cet article date de plus de neuf ans.

49% des Français redoutent une baisse prochaine de leur pouvoir d'achat

Alors que l'Insee a annoncé mercredi la première baisse du pouvoir d'achat sur une année depuis 1984, un sondage Viavoice pour France Info et Les Échos, publié jeudi, atteste du pessimisme d'une moitié de la population. Près d'un sondé sur deux estime que son pouvoir d'achat va reculer dans les prochains mois. C'est cependant -et paradoxalement- moins que dans les enquêtes précédentes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est un paradoxe. Les chiffres officiels attestent d'une réalité qui se dégrade. L'Insee a annoncé mercredi une baise de -0,4% du pouvoir d'achat en 2012, soit la première baisse sur un an depuis trente ans. Et pourtant, le baromètre Viavoice des projets des Français, réalisé pour pour France Info et Les Échos et publié jeudi, indique un très léger regain d'optimisme. Si 49% des personnes interrogées redoutent en mars de voir leur pouvoir d'achat reculer, elles étaient 51% en février, et 52% en janvier. 

> Lire aussi Baisse inédite du pouvoir d'achat en 2012

Inquiétudes sur les carburants et l'impôts

Les deux postes de dépenses que les sondés estiment de plus en plus sensibles, sont le carburant et les impôts. Le prix des carburants préoccupe 37% des Français, contre 31% en décembre. Et l'évolution à venir de la fiscalité inquiète 34% des personnes interrogées, contre 30% en janvier. 

Les loisirs sacrifiés

Quels sont en conséquence les dépenses que les sondés envisagent de restreindre ? Les vacances et les "sorties et loisirs du quotidien" pour 22% des inquiets. Mais les réponses diffèrent en fonction des milieux sociaux. 15% des ouvriers se disent prêts à réduire leur budget dédié à l'alimentation et aux déplacements, contre 0 à 2% de cadres. 

Oeuvres liées

{% document %}

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.