VIDEO. Pour gravir le mont Blanc, il faudra désormais réserver

De nombreux sites naturels ont instauré des mesures visant à restreindre le tourisme de masse. Parmi eux, le mont Blanc.

BRUT
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Il est le point culminant des Alpes. Le mont Blanc attire un nombre grandissant de touristes et certains d'entre eux sont à l'origine d'incivilités auxquelles le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex, a souhaité mettre un terme. Celui-ci mentionne le vol de matériel ou encore les risques démesurés pris par quelques randonneurs avides de sensations. "Stop, ce n'est plus possible", a-t-il lancé. Désormais, pour gravir le mont par la voie normale, il sera obligatoire de présenter un justificatif de réservation dans l'un des refuges. 

Une tendance mondiale 

Ce n'est pas une première. Restreindre le tourisme de masse et ses implications sur des sites naturels est un programme de plus en plus appliqué à travers le monde. C'est notamment le cas sur les îles Galápagos : le directeur du parc national dit vouloir privilégier "un tourisme de qualité" en limitant le nombre de visiteurs. L'île de Pâques, l'archipel des Palaos, le mont Everest et les Seychelles sont autant de sites dont l'accès a également été restreint par des mesures strictes. 

De nombreux sites naturels ont instauré des mesures visant à restreindre le tourisme de masse. Parmi eux, le mont Blanc.
De nombreux sites naturels ont instauré des mesures visant à restreindre le tourisme de masse. Parmi eux, le mont Blanc. (BRUT)