Vacances utiles : être aux petits soins des animaux sauvages

Depuis dix ans, un hôpital dans les Cévennes s'occupe de tous les animaux sauvages : des hérissons, des blaireaux et toutes sortes d'oiseaux. Ils arrivent chaque jour entre les mains d'une vétérinaire. Heureusement, elle est aidée de bénévoles qui viennent donner beaucoup de leur temps. 

Voir la vidéo
France 2

Plus de 2 500 animaux blessés ou orphelins sont accueillis chaque année dans cet hôpital des Cévennes. Marie-Pierre Puech, vétérinaire, a créé cet hôpital il y a dix ans. L'an dernier Thomas Bascop a fait un stage ici dans le cadre de sa scolarité. Il a tenu à revenir cet été, bénévolement. Ambiance feutrée dans la volière des chouettes hulottes et des hiboux petit-duc. Dans un enclos, un vautour moine, une espèce protégée. Il s'est fracturé une aile et ne peut plus voler. Ses pieds se sont donc infectés. La vétérinaire le surveille de près. "C'est un oiseau qui ne revolera jamais et qui est destiné à repartir en reproduction si tout va bien", explique-t-elle. Utile pour la reproduction de l'espèce, à condition de pouvoir le guérir. Le vautour ne doit pas être totalement endormi, impossible donc, de le soigner sans l'aide des bénévoles. Après les soins, retour à la volière pour le vautour un peu groggy.

Relâcher les animaux guéris

Thomas lui est déjà appelé ailleurs car un renardeau orphelin doit prendre ses médicaments. Il a sans doute été heurté par une voiture. Il sera relâché dans la nature quand il aura grandi, comme tous les animaux ici. C'est le moment le plus émouvant : les oiseaux guéris vont être relâchés. Ce jour-là, sous les yeux des bénévoles, 15 oiseaux sauvages ont retrouvé la liberté.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une chouette hulotte (photo d\'illustration).
Une chouette hulotte (photo d'illustration). (A. Guerrier / HorizonFeatures / Leemage)