Vacances : sur la Côte d’Azur, les paillotes ne désemplissent pas

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Vacances : sur la Côte d’Azur, les paillotes ne désemplissent pas
France 2
Article rédigé par
N. Dahan, A. Lay, P. Vaireaux, D. Fuchs, N. Thevenot, E. Gleize - France 2
France Télévisions

Sur les côtes françaises, les vacanciers peuvent se prélasser sur 1 500 plages privées, notamment sur la Côte d’Azur, qui accueille chaque année 10 millions de personnes. Une manne pour les gérants des paillotes installées sur les plages.

À Saint-Cyr-sur-mer, dans le Var, résidents et vacanciers profitent du soleil et de la mer. Pour se rafraîchir, direction la paillote de la plage, tenue par Roger Simi, 82 ans, depuis 1976. Ses transats et son restaurant accueillent les clients de mars à octobre. Avec ses 14 salariés, Roger Simi mise sur les deux mois d’été pour réaliser la bonne saison. Les premiers vacanciers arrivent dès 10 heures du matin. Sur les 100 transats proposés, 90 sont déjà réservés pour la journée. Il faut débourser 15 € pour un matelas et 11 € pour un parasol. Une dépense qui ne freine pas les clients, en quête de confort et de tranquillité.

Se diversifier pour retrouver un chiffre d’affaires d’avant crise

Si les transats ne représentent que 10% du chiffre d’affaires, la majorité des recettes provient de la restauration. Alors, pour se différencier des sept autres plages privées du littoral, Roger Simi joue la carte des produits frais et locaux. Il faut compter 20 € pour un plat du jour. Malgré une jauge réduite, avec cinq tables en moins en terrasse et 20 matelas supprimés, c’est le coup de feu pour les employés de la paillote. L’établissement a réalisé 350 000 € de chiffre d’affaires en 2020. La crise sanitaire a fait perdre 30% des recettes, il faut donc se diversifier en proposant notamment des activités comme le paddle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.